Saidi al Wazir Trabelsi, le nouveau visage des juifs en Tunisie

Saidi al Wazir Trabelsi, le nouveau visage des juifs en Tunisie

By Frédéric Bobin

Issu de la communauté juive de l’île de Djerba, René Trabelsi, récemment nommé ministre du tourisme, affirme « servir » son pays en dépit des controverses sur ses liens avec la France et des accusations de « sionisme ».

LETTRE DE TUNIS
Ses collaborateurs lui donnent du « Saidi al Wazir » déférent (« Monsieur le ministre ») en introduisant le visiteur dans son vaste bureau baigné de la lumière de Tunis. René Trabelsi, 56 ans, rondeur conviviale, est un ministre atypique.

Sa confession juive a été abondamment commentée, entre louanges et polémiques, lors de sa nomination, le 5 novembre à la tête du ministère du tourisme. La Tunisie n’avait pas connu la présence de ministre juif en son gouvernement depuis… 1957. Et elle s’illustre aujourd’hui comme le seul pays arabe à en compter.

René Trabelsi est calé dans un fauteuil qu’effleure le drapeau tunisien, couleurs rouge et blanche frappées du croissant et de l’étoile. Dans son dos, des beaux livres sur Carthage émergent d’une bibliothèque. De la fenêtre, on aperçoit le rond-point embouteillé ouvrant sur la route de la Goulette, ruban de bitume glissant à fleur d’eau. En son nouvel état-major, M. Trabelsi cherche encore ses marques, lui qui ignore tout de l’administration.

Souffrances enfouies
Ce fils de l’île de Djerba (Sud-Est), où se concentre l’essentiel de la petite communauté juive demeurant en Tunisie – soit 1 500 personnes après en avoir compté plus de 100 000 – n’avait assurément jamais imaginé qu’on le solliciterait un jour pour un portefeuille au cœur de l’Etat tunisien.

lire la suite […]

A New Phase...